Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Patrice Salzenstein
  • Le blog de Patrice Salzenstein
  • : Articles relatifs à la paix, à la solidarité avec les demandeurs d'asile, et à d'autres sujets qui me tiennent à coeur, comme l'actualité de la Russie et de l'Ukraine.
  • Contact

Recherche

21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 17:23

Salah HAMOURI était à Besançon samedi 20 septembre 2014 pour parler de la question des prisonniers Palestiniens en Israël à l'invitation du Mouvement de la Paix et de l'association Palestine Amitié.

2014-8032.jpg

Salah Hamouri accueilli devant la table du Mouvement de la Paix (par moi-même - photo du haut et par Annie Henry - photo du bas)

2014-8034.jpg

En introduction, nous avons projeté la vidéo d'Ariane Ascaride appelant à célébrer la Journée Internationale de la Paix (21 septembre):

La vidéo originale d'Ariane Ascaride:

Ensuite, le film "709 km de mur - Stop the wall" de Muriel Jacoub et Antonin Dagorn a été projeté et un débat a suivi avec Muriel Jacoub qui a co-réalisé ce film en accompagnant une délégation du Mouvement de la paix en Cisjordanie:

2014-8024.jpg

2014-8027.jpg

2014-8028.jpg

Annie HENRY (Membre du Comité National du Mouvement de la paix et trésorière du Comité du doubs du Mouvement de la Paix) invite Salah HAMOURI, Franco-Palestinien qui a passé 6 ans emprisonné comme prisonnier politique en Israël, à parler de la question des prisonniers politiques palestiniens retenus en Israël:

En effet il indique qu'il y a actuellement  6200 prisonniers politiques Palestiniens dont 297 enfants entre 12 et 18 ans, 20 Femmes (dont la plus ancienne est détenue depuis plus de 14 ans), 32 parlementaires Palestiniens élus (soit 1/3 du parlement), 300 Prisonniers en détention administrative arbitraire, 68 prisonniers détenus depuis plus de 20 ans (dont 3 depuis plus de 32 ans), 500 à 600 prisonniers jugés à perpétuité:

 

Il explique que l'emprisonnement de Palestiniens est un moyen pour l'état israélien de chercher à détruire la société palestinienne en touchant de nombreuses familles. Entre 1967 et aujourd'hui, ça fait 800 000 Palestiniens qui sont ont été emprisonnés à un moment ou à un autre. Ce qui revient à 25% de la société palestinienne qui s'est faite emprisonnée. Il indique que 19 des 20 prisons sont situées dans les territoires occupés en 1948, et sont donc situées loin de l'endroit où vivent les familles des prisonniers politiques palestiniens:

Il parle du problème de la détention des enfants (environ 300 enfants Palestiniens dans les prisons israéliennes):

Salah Hamouri explique que l'état israélien agit dans l'illégalité quand il emprisonne les Palestiniens:

Il aborde le problème des jeunes qui n'ont droit à aucun contact physique avec leur famille pendant les années de détentions. Quelles seront les conséquences sur la psychologie de tous ces enfants?

Ici il aborde la question des Femmes emprisonnées et des bébés qui naissent en détention:

Salah aborde la problématique des détenus administratifs au nombre de 300 qui sont emprisonnés sans même en connaitre le motif:

Un Palestinien peut être emprisonné six mois renouvelables, certains sont même resté 7 ans emprisonnés sans savoir pourquoi... Parmi eux, il y a des Parlementaires:

Au bout de ces 6 mois, parfois, des prisonniers sont montés dans des bus pour être libérés et ... ont été remis en prison pour 6 mois: cela s'apparente bien-sûr à de la torture:

ll cite un Prisonnier remis en prison après sa libération après 4 ans de détention administrative, il a marché 10 minutes libre, puis a été remis en prison:

Il raconte ce que signifie la mise à l'isolement dans des cellules de 2 à 3 mètres:

Salah Hamouri décrit ce qui est le plus dur : ne pas voir d'Etres Humains à l'exception de son avocat tous les 15 jours ou 3 semaines:

Il explique comment la grève de la faim a pu faire sortir 25 prisonniers de l'isolement total dont la majorité était des dirigeants de partis politiques:

Il dénonce les mauvais traitement faits contre les prisonniers palestiniens malades, qui sont au nombre de 1200 à 1300:

Il dit que des prisonniers paralysés sont même menottés pendant leur transfert, des prisonniers qui n'ont qu'une main, on leur menotte leur autre main à une jambe:

Les prisonniers ne sont pas soignés, ils doivent attendre longtemps, il y a par exemple 1 médecin pour 700 prisonniers. Il y a beaucoup de malades qui ne sont pas soignés. Certains ont un cancer, 9 actuellement. Ils ne reçoivent pas de soins adaptés pour leur maladie. Certains sont morts faute de soi, comme un prisonnier d'Hébron. Un autre, d'Hébron également est mort il y a une quinzaine de jours suite à la torture:

Il parle d'un prisonnier du plateau du Golan syrien occupé, jugé à 27 ans de prisons (en 1967). A sa 23eme année de captivité, on s'est aperçu qu'il avait un cancer avancé. les médecins ont demandé à ce qu'il soit libéré car il n'en avait plus pour très longtemps à vivre. Il est sorti, mais comme il ne mourrait pas, les Israéliens ont décidé de le remettre en prison pour qu'il purge toute sa peine:

Les Israéliens refusent même de rendre le corps aux familles quand un prisonnier est mort! Ils attendent que le "mort" est effectué la peine jusqu'au bout!! Vidéo ci-dessous:

On a découvert que les Israéliens utilsent les Prisonniers à leur insu pour faire des recherches sur de nouveaux médicaments:


à venir ("uploadage" des vidéos suivantes en cours)...

 

L'article paru dans l'Est Républicain du 22/9/2014:

10521483_1502Est-republicain-lundi-22-septembre-2014.jpg


Repost 0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 23:53

Salah_Hamouri-_rentre_chez_lui_a_Jerusalem-Est_le_18_decemb.jpgEnfin libre! (18 décembre 2011, c'est Noël!)

Je veux, tout d’abord dire à Salah, au nom de son Comité national de soutien, toute la joie qui est la nôtre aujourd’hui de le savoir libre.

Nous partageons cette joie immense avec sa famille – avec sa mère, Denise, avec son père, Hassan, avec sa sœur, Caroline, et son frère, Amir.

Salah est enfin près de vous, il est libre !

Vous pouvez désormais l’embrasser pour la première fois depuis près de 7 ans. L’embrasser… Tout simplement.

Depuis 4 ans son Comité de soutien a été mis en place en France. Et ce sont des dizaines et des dizaines de milliers de personnes, de jeunes spécialement, qui l’ont rejoint.

A part l’extrême droite, des représentants de tous les partis démocratiques qui existent en France étaient présents dans ce Comité et ils ont agi, chacun selon, pour sa libération. De même que des personnalités, des élus, des citoyens de toutes les origines ou de toutes les croyances se sont rassemblés pour lui. Tous doivent en être remerciés. Très sincèrement. Du fond du cœur.

Dès le premier jour nous avons dit clairement, sur la base des faits, que Salah était totalement innocent de ce qu’on lui reprochait puisqu’il n’avait commis aucun acte négatif. Et donc, depuis le premier jour, nous avons demandé sa libération.

Nous avons multiplié, avec sa mère très souvent, des initiatives de toute sorte et des rencontres dans toute la France pour parler de son cas mais aussi, comme il l’a toujours souhaité et demandé, pour parler des prisonniers palestiniens.

En France on l’attend avec impatience aujourd’hui. Beaucoup d’amis aux quatre coins du pays veulent le voir. Et l’écouter aussi. Sa famille s’est agrandie.

Bien sûr cette libération arrive bien tard à nos yeux. Pour nous : il n’aurait pas du faire un seul jour de prison puisqu’il n’a commis aucun acte qui soit contraire au droit. Cela tient au fait que, en haut-lieu et c’est tout dire, on n’a pas porté à sa situation la même attention que celle qui a été apportée à d’autres cas et encore moins on n’a multiplié les mêmes efforts – sauf ces tous derniers temps – pour le faire libérer.

Nous n’avons rien eu à dire de négatif, et nous n’avons rien dit, contre le fait que les autorités françaises se soient mobilisées pour un franco-israélien.
Ce que nous n’avons pas admis, par contre et cela clairement, c’est le « deux poids, deux mesures » qu’elles ont observé dans cette affaire, et cela depuis le début. Voilà ce que nous n’avons jamais admis, et rien d’autre.

Nous ne sommes pas tombés dans une sorte d’émulation sordide alors que pourtant, on peut le constater, Salah sort de prison à l’occasion d’un échange de prisonniers lié à Guilad Shalit. Comme si le sort de ces deux jeunes devait être absolument lié alors que leur situation était absolument toute différente.

Nous avons, nous, estimé que la liberté ne se découpait pas ; qu’elle était valable pour tous ; qu’elle était universelle ou bien qu’elle n’était pas. Nous en sommes restés à la défense de principes et de rien d’autre. Et nous avons rassemblé comme rarement en pareille occasion. Encore merci à toutes et tous.

Maintenant Salah est enfin libre et il va pouvoir enfin « revivre » sa jeunesse en respirant l’air pur et tonique de la liberté. Nous lui redisons toute notre estime et notre admiration pour avoir tenu comme il a tenu – c'est-à-dire dignement. Et pour s’être toujours effacé pour qu’on ne parle que des autres et non pas de lui.

Reste qu’il est très connu maintenant en France. Et nous l’attendons, je lui redis. Qu’il prenne le temps qu’il lui faudra. Nous pouvons bien attendre un peu…Maintenant.

Au nom de notre Comité de soutien, je lui redis notre joie. Je lui redis notre amitié. Je lui redis, ce jour, notre attachement absolu à la liberté comme à la liberté « inévitable » de la Palestine.

Et que chacun le sache : maintenant notre Comité de soutien met Salah sous sa protection. Sous la protection de l’opinion publique française.

Vive la liberté ! Vive la fraternité !

Et vive cette France qui lutte pour ces valeurs que notre peuple a inventées !

Jean-Claude Lefort
Coordinateur du
Comité de soutien
Le 18.12.2011

Source: http://www.salah-hamouri.fr/node/345

Repost 0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 00:53

 


 

 

Repost 0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 22:16

Photo1686Place du 8 septembre à Besançon, rassemblement de solidarité avec le peuple Palestinien. Non au blocus israélien contre le peuple de Gaza! Pour que l'Europe prenne des sanctions contre l'état israélien...Photo1688 C'est moi ; )

Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 08:30

400 manifestants ce samedi 5 juin 2010, pour protester contre l'attaque sanglante des commandos israéliens contre le convoi humanitaire et contre les crimes de guerre commis l'an dernier à Gaza (1400 Palestiniens assassinés dont 333 enfants). Pour que les criminels actuellement au pouvoir en Israël soient jugés au Tribunal Pénal International.

Photo0959

 

Photo0960

 

Photo0966

 

Photo0970

 

Photo0953.jpg

 

Photo0964.jpg

 

Photo0963.jpg

 

 

Repost 0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 15:09

Environ 400 personnes ont manifesté hier soir mardi 1er juin à Besançon pour condamner l'attaque sanglante d'Israël contre le convoi humanitaire (avec l'assasinat de 14 à 20 pacifistes par les commandos israéliens), et exiger des sanctions contre cet Etat "voyou" ainsi que la levée du Blocus de la bande de Gaza, et la mobilisation de la communauté internationale contre l'impunité dont bénéficie jusqu'à présent Israël. La punition collective infligée au peuple palestinien est aussi un crime de guerre d'Israël. 

Photo0925.jpg

 

Photo0927.jpg

 

Photo0930.jpg

 "Le butin des terroristes isréliens: 100 maisons préfabriquées, 500 fauteuils roulants électriques, des milliers de médicaments"

Photo0936.jpg

 

Photo0938.jpg

 "Injustices et humiliations: ferments pour le terrorisme de demain et péril pour la paix"

Photo0940.jpg

 

Photo0943.jpg

 

Photo0945.jpg

 "Stop au non-respect permanent du droit international!"

Photo0946.jpg

 "Halte au blocus de Gaza!"

 

  unes-libe-et-huma-1er-juin-2010.jpg

Unes de Libération et de L'Humanité datés du 1er juin 2010

Repost 0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 09:36

Indignation après le meutres des Pacifistes qui convoyaient 100 maisons préfabriquées, 500 fauteuils roulants automatiques et des milliers de médicaments destinés aux habitants de la bande de Gaza victimes du blocus israélien.

 

Une centaine de manifestants se sont spontanéments rassemblés place du 8 septembre à Besançon.

Photo0916.jpg

 

Photo0918.jpg

 

Photo0919.jpg

 

Photo0922.jpg

 

Photo0920.jpg

Repost 0
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 09:55
http://www.humanite.fr/squelettes/icono/grologo.jpg
Le peuple grec n’est pas responsable de la faillite de son Etat. C’est pourtant lui que les marchés financiers et les institutions internationales veulent saigner à blanc. Signez notre pétition en ligne.

La Banque centrale européenne a accordé des prêts gigantesques à seulement 1% d’intérêt aux banques qui, à leur tour, les ont prêtés à des taux de 4 à 8%. La Grèce doit elle aussi bénéficier de taux n’excédant pas 1%, sans autres conditions que le maintien des droits sociaux, de l’emploi et des services publics.

 

Tous les peuples d’Europe sont menacés de plans d’austérité de même nature. L’Union européenne et tous les Etats membres doivent donc se mobiliser pour préserver les chances d’une Europe des peuples.

 

 

http://www.humanite.fr/APPEL-Il-faut-aider-le-peuple-grec

 

 

Repost 0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 22:42

Izabela Jaruga-Nowacka (59 ans), et Jolanta Szymanek-Deresz (55 ans), étaient toutes deux députées de Sojuszu Lewicy Demokratycznej ("Alliance démocratique de gauche", SLD) à la Diète polonaise. Elles figurent parmi les victimes du crash de Smolensk de samedi 10 avril 2010. Si la catastrophe aérienne qui endeuille la Pologne le samedi 10 avril 2010 a couté la vie au président Polonais et à de nombreuses hautes figures de la vie politique polonaise, de droite comme de gauche, il est juste de revenir sur ces deux Grandes Dames, sur les combats qu’elles ont menés, en particulier pour le droits des Femmes et la Paix en Pologne.

 

Féministe luttant sans relache contre les discriminations et la violence faite aux femmes

 

Izabela-Jaruga-Nowacka.jpgSans jamais s’être engagée en politique durant la période communiste, Izabela Jaruga-Nowacka [1] avait rejoint la très progressiste Ligue des Femmes Polonaises en 1991. Elle était avec Jolanta Szymanek-Deresz l’une des prinipales voix de l’opposition de gauche en Pologne (SLD). Izabela a toute sa vie défendu pied à pied les droits des femmes en s’opposant aux mesures rétrogrades du pouvoir de la puissante église catholique et singulièrement du très conservateur Prawo i Sprawiedliwość ("Droit et Justice", PiS), qui ces dernières années ont remis en cause beaucoup des droits hérités de la période communiste. En effet, l’avortement était légal en Pologne entre 1955 et 1993 et était gratuit dans les hôpitaux publics et payant dans les cliniques privées. Il est intéressant de voir comment cet "acquis" fut perdu. Le gouvernement de droite tenta d’attaquer ce droit mais des grandes manifestations furent organisées, où Izabela s’investit, avec toutefois un essoufflement de la mobilisation dû sans doute à la crise qui accapara les Polonais. C’est alors qu’en janvier 1993, après une spectaculaire apparition du chef de l’Eglise Polonaise à la Diète où il menaça de retirer le soutien de l’Eglise aux réformes ultralibérales, les députés, soucieux de sauvegarder leurs privilèges de nouvelle élite, acquis aux thèses ultralibérales et masculins dans l’écrasante majorité, votèrent l’interdiction de l’avortement. Avec le retour des socialistes au pouvoir cette même année 1993, avec M. Kwasniewski, un projet de loi autorisant l’avortement en cas de danger pour la mère, de malformation de fœtus, en cas de viol et en cas de « situation sociale difficile de la mère » fut promulguée, mais le Tribunal Constitutionnel abrogea en 1996 la dernière disposition, comme étant contraire à la Constitution. Récemment, la condition féminine en Pologne s’est notablemement améliorée en particulier grâce à son engagement citoyen. Soulignons que le statut de la Femme polonaise s’améliore dorénavant même si en 2008, la Pologne occupait la 49eme place du classement sur les discriminations homme-femme - "The Global Gender Gap Report" [2]. Avec une grande constance de son engagement féministe, rappelons qu’Izabela a prolongé son action de militante féministe en donnant des perspectives politiques à son action puisqu’elle a été élue à la Diète dés 1993 et fut vice-première ministre jusqu’en 2005.

 
Socialiste engagée pour un monde de paix
Jolanta-Szymanek-Deresz2.jpgJolanta Szymanek-Deresz [3], députée SLD depuis 2005, elle également très populaire en Pologne, était une femme courageuse, qui a su défendre aussi les droits de femmes. Son action politique est très vaste et ne saurait être réduit à une seule thématique, mais il est intéressant de s’attarder plus en détail sur son action pour la paix. Jolanta s’était engagée politiquement contre le bouclier antimissile en Pologne, et je l’avais rencontrée à ce titre à Londres l’an dernier. Elle avait alors indiqué que ce dispositif présenté comme une protection du territoire polonais, était de toute façon inefficace, et que les contreparties militaires et financières promises par les Américains n’étaient restées que des promesses [4]. Elle ajoutait que son parti, le SLD avait signé un accord avec son équivalent tchèque [5] afin d’œuvrer contre le bouclier antimissile et de promouvoir des relations de dialogue avec les Russes, dans un monde multilatéral, et non plus unilatéral dominé par les seuls Etats-Unis. Dans une Pologne profondément marquée par sa défiance vis à vis du voisin Russe pour des raisons historiques qui reviennent d’actualité avec cet anniversaire tragique des crimes de Katyn, et où le soutien aux Etats Unis est accepté et bienvenu par les Polonais, Jolanta a été la voix de la paix au parlement polonais, défendant avec pédagogie et argumentation point à point, une conception respectueuse et pacifiste des relations avec la Russie. Sa présence dans l’avion officiel en dit long aussi sur l'importance qu'elle accordait à la reconaissance des crimes de Katyne par le régime stalinien, ce qui était une grande avancée de la part des autorités russes actuelles. Par ailleurs, elle s’était félicitée du retrait du projet d’installation d’une base de missiles intercepteurs à l’automne dernier et restait très vigilante sur les projets des Etats Unis et de l’OTAN en Pologne. Elle souhaitait que la Pologne joue un rôle pour la promotion de la Paix dans une Europe de l’Atlantique à l’Oural.

La brutale et tragique disparition de ces deux Grandes Dames est une perte terrible pour la Pologne des Droits des Femmes et de la Paix.

Patrice Salzenstein (membre du bureau National du Mouvement de la Paix)
Article publié aussi sur Agoravox.
Références: 
[1] Site officiel de Izabela Jaruga-Nowacka : http://jaruga-nowacka.pl/
[3] Site officiel de Jolanta Szymanek-Deresz : http://szymanek-deresz.eu/
[5] Dans le cadre du projet d’installation du dispositif en Europe, une base radar devait être installée dans la région de Brdi, à 60 km au sud ouest de Prague, ndla - en savoir plus : Non au bouclier antimissile!
Repost 0