Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Patrice Salzenstein
  • Le blog de Patrice Salzenstein
  • : Articles relatifs à la paix, à la solidarité avec les demandeurs d'asile, et à d'autres sujets qui me tiennent à coeur, comme l'actualité de la Russie et de l'Ukraine.
  • Contact

Recherche

16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 01:18

 «YANKEES GO HOME !» Depuis le 27 mai, des centaines de manifestants ukrainiens ont accueilli à coups de pierres puis assiégé environ 200 marines américains hébergés dans un sanatorium de Crimée, sur les rives de la mer Noire. Cette protestation anti-Otan a pris un tour encore plus politique hier lorsque le Parlement régional de Crimée, par 61 voix sur 100, a «exigé» l'annulation des manoeuvres militaires «Sea Breeze 2006». C'est pour préparer la logistique de cet exercice international prévu du 17 juin au 2 août que le contingent américain avait débarqué du cargo Advantage de l'US Navy, dans le port de Feodosiya.

Rétablir le russe comme langue officielle

Le président ukrainien, Viktor Iouchtchenko, a aussitôt condamné cette décision. Ces protestations, qu'il accuse d'être orchestrées par Moscou, tombent mal pour lui qui a fait de l'adhésion à l'Otan l'une des priorités de son mandat. En effet, après deux mois et demi de pénibles négociations dans la foulée des élections législatives du 26 mars, le camp «orange» est sur le point de surmonter ses divisions pour former une coalition gouvernementale. Le petit Parti socialiste, formation charnière du futur gouvernement tripartite, est divisé à propos de l'adhésion à l'Otan. Le Parlement de Kiev doit prendre position aujourd'hui sur ces manoeuvres militaires qui se déroulaient régulièrement depuis 1997 sans problème.

Dans la République autonome de Crimée, rattachée à l'Ukraine en 1954 par Khrouchtchev, la population est presque totalement russophone et se réclame majoritairement de la nationalité russe. A Sébastopol, à l'extrémité ouest de la péninsule, à 150 km de Feodosiya, sont toujours basés les 20 000 marins de la flotte russe de la mer Noire. Aux législatives du 26 mars, le Parti des régions, pro-russe, de l'ancien premier ministre Viktor Ianoukovitch a remporté 58% des suffrages en Crimée (contre 32% dans l'ensemble du pays), et l'ensemble des formations anti-Otan y a recueilli près de trois quarts des votes. Juste avant les élections, le Parlement de Crimée s'était déjà distingué en réclamant un référendum pour rétablir le russe comme langue officielle. Le gouvernement de Kiev n'avait pas donné suite à la démarche.

Les images des manifestants caillassant les bus des marines et assiégeant l'établissement de cure où ils se sont piteusement réfugiés jusqu'à leur «libération» par l'armée ukrainienne, dimanche, ont été abondamment diffusées en Russie sur les chaînes publiques. A Moscou, les téléspectateurs convaincus que l'Otan est venue construire une base permanente en Crimée ne sont pas rares, malgré les démentis fermes de Kiev et Washington.

L'opinion ukrainienne dans son ensemble est divisée sur l'opportunité de rejoindre l'Alliance atlantique. Le ministre russe des Affaires étrangères avait déclaré en début d'année que si l'ancienne république soviétique adhérait à l'Otan, la nature des relations bilatérales en serait changée. Sans être plus explicite.

 

Source: le Figaro 15/10/2007

Partager cet article

Repost 0
Published by salzenstein - dans Paix et désarmement
commenter cet article

commentaires