Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Patrice Salzenstein
  • Le blog de Patrice Salzenstein
  • : Articles relatifs à la paix, à la solidarité avec les demandeurs d'asile, et à d'autres sujets qui me tiennent à coeur, comme l'actualité de la Russie et de l'Ukraine.
  • Contact

Recherche

9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 10:04

Par Marie Dhumieres

 

Sans surprise, le gouvernement serbe a lundi rejeté la proposition d’accord de l’Union européenne, mais a appelé à un retour « rapide » à la table des négociations. La Serbie a peu de chances d’obtenir une date d’ouverture des négociations d’adhésion. Catherine Ashton et les autorités de Pristina se déclarent « déçus ».
À l’issue d’une session extraordinaire lundi après-midi, le Premier ministre Ivica Dačić a indiqué que le gouvernement ne « pouvait accepter » les termes d’un accord qui ne « garantissait pas la sécurité totale, la survie, et la protection des droits de l’homme » des Serbes du Kosovo.

Selon lui, un accord basé sur les principes proposés « oralement » par l’UE ne peut pas régler de manière « définitive et durable » la situation au Kosovo.

Le gouvernement a toutefois tenu à réitérer son engagement en faveur du dialogue et sa volonté d’aboutir à une « paix durable », en appelant à un retour à la table des négociations « au plus vite ». Ivica Dačić a aussi tenu à souligner que, depuis son arrivée au pouvoir et lors des huit derniers rounds de discussions avec Pristina, Belgrade avait montré que le gouvernement était « impliqué de manière sincère » et « prêt au compromis ».

Dans un communiqué de presse publié lundi soir, Catherine Ashton, pourtant d’ordinaire toujours optimiste, a fait part de sa déception. « Regrettant » la décision serbe, la chef de la diplomatie européenne a appelé le gouvernement à faire « un dernier effort pour parvenir à un accord, pour le bien de son peuple ». « Les deux parties doivent trouver un accord entre eux, l’UE ne peut pas l’imposer », a t-elle ajouté.

Elle a aussi rappelé que le dialogue avait été limité dans le temps dans le but de « garder le cap », et de prendre en compte « le désir du Conseil européen de voir les deux pays avancer » sur la route européenne d’ici à cet été. La Commission européenne devrait décider la semaine prochaine d’accorder ou non une date de début des négociations pour l’adhésion européenne de la Serbie, mais cet objectif paraît maintenant bien compromis.

Catherine Ashton, qui a aussi estimé que « tous les éléments étaient réunis pour arriver à un accord sur le nord du Kosovo », n’a pas répondu au souhait du gouvernement serbe de continuer du dialogue.

Les derniers rounds de dialogue entre Belgrade et Pristina, à chaque fois présentés comme « décisifs » et « cruciaux » se sont soldés par des échecs, les deux parties n’arrivant pas à s’entendre sur la question des compétences à accorder aux Serbes du nord du Kosovo. Belgrade demande à ce que les municipalités serbes aient le droit de s’organiser en association et disposent de pouvoirs exécutifs, législatifs, judiciaires, et en matière de police. Pristina refuse catégoriquement, craignant sans doute qu’une trop grande autonomie débouche dans le futur à une sécession définitive du territoire.

Dans un communiqué publié lundi soir, le gouvernement du Kosovo s’est également déclaré « déçu » de la décision de Belgrade de rejeter des propositions européennes, qui avaient pourtant pour but « la paix, la stabilité, et l’européanisation de la région, afin d’y mettre fin aux conflits historiques ».

 

Source : Courrier des Balkans

Partager cet article

Repost 0
Published by salzenstein - dans Serbie
commenter cet article

commentaires