Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Patrice Salzenstein
  • Le blog de Patrice Salzenstein
  • : Articles relatifs à la paix, à la solidarité avec les demandeurs d'asile, et à d'autres sujets qui me tiennent à coeur, comme l'actualité de la Russie et de l'Ukraine.
  • Contact

Recherche

19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 01:23

La population de la Crimée est majoritairement d'origine russe, et reste bien décidée à revendiquer son autonomie. Les communistes espèrent un prompt retour de la péninsule sous le giron russe, si l'Ukraine venait à adhérer à l'Otan.

 

Au quartier général du Ruski Bloc, le parti pro-russe de Crimée, les activistes préparent une nouvelle manifestation contre l’éventuelle entrée de l’Ukraine dans l’Otan.
 
La péninsule de Crimée est la seule région d’Ukraine où la population russe est majoritaire, et où les aspirations séparatistes sont si répandues. Depuis la victoire militaire de la Russie sur la Géorgie et son pouvoir pro-américain, les mouvements pro-russes de Crimée se sentent pousser des ailes et menacent d’appeler Moscou à l’aide si l’Otan décidait d’entrouvrir ses portes à l’Ukraine.

 

Dans cette péninsule ukrainienne, l’ambiance est soviétique, et des drapeaux russes sont distribués à la foule. Ici on rêve de suivre l’exemple de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, ces deux républiques séparatistes de Géorgie dont la Russie a reconnu l’indépendance. Si, en décembre prochain, l’Ukraine obtenait de participer au plan d’action pour l’adhésion à l’Alliance nord-atlantique, les communistes promettent ni plus ni moins de réclamer l’indépendance de la Crimée.

"Non à l’Otan en Ukraine et en Crimée", martèlent à la tribune les orateurs les uns après les autres. Tous sont convaincus que Moscou les soutiendrait en sous-main, si le président ukrainien décidait de suivre l’exemple de la Géorgie et continuait d’aller à l’encontre des intérêts stratégiques du grand frère russe. Personne n’ose ici encore parler de l’éventualité d’un conflit, mais tous attendent avec inquiétude le mois d'octobre - quand l’Ukraine et la Russie devront décider de prolonger ou non le traité d’amitié qui les lie.

 

Source: France 24 18/09/2008

Partager cet article

Repost 0
Published by salzenstein - dans Russie
commenter cet article

commentaires